campagne-80-640x360

Limitation de la vitesse à 80 km/h : communiqué du MoDem72

COMMUNIQUÉ

Réduction de la vitesse routière au 1er juillet 2018

Le 1er juillet prochain, la nouvelle limitation de vitesse à 80km/h sera mise en place sur les routes qui ne sont pas séparées par un terre-plein central.

​​Le MoDem 72 approuve l’objectif de cette mesure qui est de sauver des vies ​.​

​Pour autant, nous regrettons que la mise en œuvre de cet objectif de réduction de la mortalité n’ait pas associé les acteurs locaux, Départements et Préfectures, qui seraient les mieux placés pour adapter le principe général de réduction de la vitesse à la réalité des routes départementales dans leur diversité et avec leurs spécificités. Imposer à l’ensemble du réseau routier français une mesure uniforme décidée par Matignon nous semble contraire au principe de subsidiarité auquel nous croyons.

Par ailleurs, en utilisant les règles actuelles, nombre de tronçons à risques auraient pu ainsi être ramenés à 70 km/h, comme les abords d’intersections qui sont particulièrement accidentogènes, tandis que d’autres portions auraient été maintenues à 90 km/h. Ceci aurait évité la monotonie, aussi facteur de risque, d’un parcours continu à 80 km/h. Attirer l’attention des conducteurs sur les secteurs signalisés comme les plus dangereux responsabiliserait davantage les automobilistes.

En outre, cette mesure touche essentiellement le milieu rural. En Sarthe, 7256 km de routes passeront à 80 km​​/h contre 0 km à Paris, 13 ​ km dans les Hauts-de-Seine ou encore 11 km en Seine-Saint-Denis. La Dordogne, département rural, sera le plus touché avec 10971 km. Nous craignons que ​ceci vienne aggraver la fracture territoriale vécu​e dans nos campagnes.

Aussi, nous serons vigilants ​aux résultats de l’expérimentation du 80 km/h en Sarthe. ​Cette mesure doit permettre de sauver des vies ​et non de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat. Notons à ce sujet qu’​un récent rapport, fourni au Sénat par la ​Délégation à la Sécurité Routière, montre que 50,04% des excès de vitesse enregistrés par les radars automatiques concernent des ​dépassements de 1 à 5 km/h.  ​Nous donc serons attentifs à ce que l’objectif initial de sauver des vies ne soit pas perverti par une répression excessive. L’enjeu premier demeure la prévention et la sensibilisation des automobilises ayant une conduite à risque (excès de vitesses les plus élevés, alcool au volant qui demeure la première cause de mortalité sur les routes, franchissement des lignes blanches…).

​​Enfin, rappelons que, depuis le 1er janvier 2006, l’Etat a transféré l’entretien des routes nationales aux départements. En Sarthe, l’aménagement de 2×2 voies avait alors été espéré, comme par exemple sur l’axe Le Mans / Saint-Calais. Mais parallèlement, la baisse des dotations de l’Etat a contraint les départements à réduire la réalisation de ce type d’aménagements qui améliorent la sécurité routière. Les départements ruraux, qui sont les plus concernés par la baisse de la limitation de vitesse, n’ont pas d’alternative à proposer faute de moyens. Des fonds doivent être débloqués par l’Etat pour l’aménagement des anciennes routes nationales dans les départements ruraux comme le nôtre.

D’une manière générale, le MoDem soutient l’objectif de cette mesure, en regrettant toutefois qu’il n’y ait pas eu de discussion avec les acteurs locaux pour aboutir à des solutions plus justes et probablement plus efficaces en termes de sécurité routière.

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email